generic cialis paypaltretinoin cream amazonbuy tetracycline 500mgcialis no brasil mastercardgenerika cialis paypalcytotec without prescriptiongeneric medication without prescriptionbuy tadacipwhat is flagyl used forotc comparisson to actoscialis online india postepaysildenafil citrate tablets foxazithromycincialis 5 mg best price usaalli shortagemisoprostol dose for missed abortionwalnuts
propecia achat en lignepillshouse reviewaccutane without prescription miamicompare brand levitrapurchase lasix no prescriptionbuy cheap viagra online ukexelon employmentviagra pour homme prixcanadian pharmacy 24 hbuy cialis online debit cardglipizide xl without rxhow to get bactrim out of your systembrand viagra overnightxenical rochelavitra canadian drug ordertrihexyphenidylretin a no prescription needed
blue water casino parker azcasino gambling directorycheat program for pogo blackjack carnivalcasino night nkfelgin il casinoblackjack etiquette in vegascharlotte casino junketsfruit holders slotsprairie band casino resort mayetta ksgold vegas casinocasino owners usasamsung blackjack ii stereo headphonesjackpot nv restaurantsbilouxi mississippi casinossoth carolina casinocasino gaming seattlepuffy pokies tubecasino rama orillia concerts
buy colchicine tabletscheap viagra on linbelipitor generic recallonline canada pharmaciesorder prednisone overnight deliverygabapentin salescanadian drug store is it safepolar meds pharmacytrazadone online overnightshop online cifixime pay with echeckcanadian pharmacies shipping to usaciallis in malaysiavigra for sale in irelandcanadian pharmacy onlinebuy cialis on lineonline viagra salesgeneric viagra malaysiaonline pharmacy india ciprobuying cialis in usalisinopril sales

Livre d’or

Pour participer à la rédaction du livre d’or, soumettez-nous vos messages – nous en ferons l’écho.

 

Vos messages

A PROPOS DE SUBLIM’INTERIM

Samedi 17 avril 2010

Je vous redis ce que j’ai pu exprimer de visu à Louise Doutreligne en sortant de la première de Sublim Interim l’autre soir au VIngtième Théâtre : je suis entrée dans ce spectacle par l’écriture des personnages féminins, que je trouve très généreux, très vrais, très touchants, très latins. Quand je dis latin, c’est un compliment, comme aurait pu en son temps le recevoir Alfredo Arias, avec ses galeries de personnages hauts en couleur et sortis tout droit d’un voisinage proche. La partie musicale est remarquable et les chansons très belles. Bravo à tous, le genre du spectacle mérite d’être défendu.
 
Amicalement,
Marie-Laure

~

31 décembre 2009

-Scènes de la vie conjugale du 21 siècle –
Avec une mise en scène fluide et dynamique, ce thème de notre vie actuelle des pays développés est une belle photographie des maux de notre société. Mais le plus de ce texte c’est l’optimise débordant des êtres humains. Malgré tous les problèmes la vie est belle et pleine d’amour. Les acteurs chanteurs et musiciens sont bons et une palme particulière à la mère de famille qui par son interprétation diffuse de la chaleur humaine sur tout son petit monde. A voir pour une bonne soirée de théâtre.

 ~

31 décembre 2009

-scènes de la vie ordinaire-
Musique, chants danse ; mère de famille et grand-mère exceptionnelles.

 ~

30 décembre 2009

-Sublim’ interprétation –
Bravo à tous ces artistes comédiens, musiciens, chanteurs et danseurs ! Un spectacle drôle et original… J’ai apprécié !

 ~

29 décembre 2009

-Sympatique –
Soirée sympathique. La troupe est très enthousiaste.

 ~

29 décembre 2009

-un feu d’artifice –
une équipe dynamique, tous musiciens poly-instrumentistes et chanteurs dans un spectacle décalé (pas tant que ça…), plein d’humour et de vérités habituellement tues, des enchaînements à 100 à l’heure sans fausse note (musicale ou chorégraphique), une mise au point sans faille !

~

29 décembre 2009

-TRES BIEN –
Bien joué, bien rythmé, avec la musique qui règne ! Une ambiance agréable et chaleureuse. Beau spectacle à voir et à revoir.

~

11 octobre 2009

-formidable!!! –
nous sommes allées voir cette pièce sans vraiment savoir de quoi s’agit il, mais nous sommes très agréablement surpris: au tour d’un sujet sérieux-le chômage, plein d’autres sujets comme: la famille, la culture, les racines, etc etc sont abordés via la musique et l’humour. les comédiens sont tous musiciens, ils s’éclatent sur scène, c’était vraiment un pur moment de plaisir, on n’a pas du tout vu le temps passé. bravo aux « sublim interim ».

 ~

11 octobre 2009

-bons acteurs, bonne intention –
Soirée agréable avec de bons acteurs et une bonne idée, des personnages intéressants.

 ~

10 octobre 2009

-tres proche de la realite –
Très bien analyse bien joué !

 

A PROPOS DE CA TRAVAILLE ENCORE

Le 18 mars 2010

Les bons esprits se doivent d’être sur des planètes qui se ressemblent.
J’ai vraiment adoré le spectacle. C’est populaire et c’est exigeant.
Assez léger pour avoir tout simplement envie de fredonner ou de taper du pied et assez profond pour nous donner à penser.
C’est rassurant de se distraire en restant intelligent.
 
Les comédiens chanteurs assurent, les musiciens pulsent. Les textes de liaison ont une raison d’être évidente. La mise en scène est toujours inventive.
Enfin, j’était content d’être dans la salle. Voilà. C’était un vrai moment.
 
Gérald Aubert

~

Le 17 mars 2010

C’est fait, j’ai vu et entendu ! C’est superbe, un grand moment de bonheur !

~

Le 14 mars 2010

-Agréable moment –
Bonne mise en scène, Bons chanteurs, d’excellents musiciens. Bravo à toute la troupe.

Le 14 mars 2010

– Le bénéfice du travail d’équipe –
Si le travail vient du latin tripalium, instrument de torture, ici il désigne pour les spectateurs une reconnaissance agréable, sympathique pour l’effort d’une équipe de huit comédiens musiciens, lesquels s’appliquent avec entrain dans un théâtre à la scène accueillante. Leur approche chantée sur ce thème est bien travaillée avec de belles surprises tant sur les chansons choisies que sur certaines interprétations et le trop laborieux est heureusement évité pour d’autres.

~

Le 13 mars 2010

– Vive le travail… –
Bonne parodie du monde du travail en chansons. Les comédiens sont dynamiques. Mise en scène soignée.

~

Le 12 mars 2010

– Génial –
Un spectacle original, qui nous porte de chansons connues en jolies découvertes, des artistes très talentueux, des moments drôles, des moments émouvants… A recommander !

~

Le 12 mars 2010

– Quel travail ! –
Spectacle de qualité !…ce théâtre est excellent ! L’accueil formidable !!!!

~

Le 12 mars 2010

– Super! –
Excellent spectacle, originalité et talent au rendez vous! À voir absolument!

 

A PROPOS DU MOT PROGRES DANS LA BOUCHE DE MA MERE SONNAIT TERRIBLEMENT FAUX

Le 10 octobre 2010

Il est rare aujourd’hui que des spectacles laissent une trace, des images ou encore une émotion dans une mémoire… Sache que ce que j’ai vu à Avignon résone encore. Quelle joie de voir un spectacle avec autant d’acteurs sur scène, une équipe qui défend une histoire et un propos trés fort…Celà aussi est rare et par conséquent trés précieux.
 
Oui, les mots et les situations sont extrèmes dans ce texte… Les acteurs les plus humbles diront que le texte est suffisamment fort et que c’est lui qui insuffle cette dimension à ce spectacle… Et pourtant, un oiseau qui traverse le fond de scène, dans une brume de filet de camouflage qui devient nuage ou vapeur de guerre… Un père qui creuse lui même au bord du gouffre, une prostituée qui attend la prochaine passe, les chek-point et les enjeux d’une frontière, les steppes froides et l’immense fôret, les rues de Paris et ses lupanars… Et le souvenir, et les morts…et leurs fantômes… Le théâtre parle encore aux hommes d’aujourd’hui car certains propos sont universels mais le frisson qui a parcouru mon échine ou certaines larmes qui ont coulé sur mes joues ont trouvé leurs sources dans une chaire et une poésie qui dépassent un texte. Ces moments, rares, précieux, éphémère, aprés avoir quitter la salle obscure pour me retrouver dans le soleil d’une place avignonaise, que je me dis: « Qu’est ce que j’aime le Théâtre! » a toujours eu une résonance magique.
 
Merci pour ce moment.

~

Le 13 juillet 2010

Je voulais d’abord vous dire que j’ai assisté à votre spectacle vendredi dernier et que je l’ai beaucoup apprécié. La qualité du texte rend omniprésent le thème du deuil, qui à mes yeux, mesure aux nombres de ses réussites l’adaptation à la vie, vertu première d’une aptitude à la plus grande harmonie possible. Avec le parallèle de la prostituée, bien vivante, elle, il est même question, d’après moi de ses propres croyances et blocages limitants puisque le fils comme la fille sont irrémédiablement morts avant tout dans le mental des parents, les hantant comme des esprits. Paradoxe enfin de cette pièce : si l’harmonica authentifie le corps du fils, et ainsi l’immortalise dans « le soulagement » du deuil, que faudra t-il que les parents retrouvent pour que le passé vivant de la fille soit mort au souvenir ?
 
Des parents je retiendrai votre excellente prestation. C’est d’autant plus facile à dire que je le pense. Pendant une heure et quelques, je n’ai pas douté une seule seconde du personnage que vous interprétez, réussissant par là même la vertu première de l’acteur : accomplir un acte magique, c’est à dire transformer littéralement quelque chose ou quelqu’un en autre chose.
Je ne suis pas resté après votre spectacle, car je ne voulais pas vous déranger. J’ai peut-être eu tord mais je suis comme ça.
 
Philippe Vandamme

~

Le 3 février 2010

Un sincère merci pour votre invitation au spectacle Visniec/Paliès.
Obligé de partir dès après la fin, samedi, je n’ai pu vous dire tout le bien que j’en ai pensé. Je voudrais le faire ici en quelques mots.
Je connaissais déjà le propos, je l’ai trouvé renforcé d’être serti dans une scénographie minimaliste, dont la sobriété dilate l’espace (avec ce très bel effet d’une pleine lune d’ossements – c ‘est en tout cas ainsi que je l’ai vue – projetée d’un satellite virtuel sur le grand rideau de camouflage du fond de scène).
 
La bande-son accompagne de façon très cohérente ce délire ex-yougoslave, cette peinture d’un engrenage,  presque rationnel pourtant, d’une véritable folie d’exhumation. Musique un peu folle, elle aussi, nécessairement, mais qui cependant ne parvient jamais tout à fait à s’arracher au lamento, voire au thrène (les Balkans pour mort illustre, la pièce elle-même, texte et mise en scène, pour danse funèbre).
Tous les comédiens sont formidables, vraiment.
 
Mais je dois avouer avoir été particulièrement touché par deux interprétations : celle de Jean-Luc, qui creuse comme en spirale aveugle un épuisement toujours plus pathétique et plus accablé, et celle d’Alain, qui décidément dispose d’un talent épouvantable à incarner l’odieux ordinaire (ici l’odieux de l’avidité commerçante).
J’ai peu ri – pardon ; j’ai surtout grincé, intérieurement. De ces grincements qui sont d’abord une forme d’autodéfense, d’autoprotection, et surtout, peut-être, de conjuration (ces horreurs, nous le savons, sont toujours au bord de se reproduire, n’importe où, n’importe quand).
Le texte est décidément très fort.
 
Avec cette idée, centrale, qui amène à regarder la terre des Balkans comme une superposition de strates historiques et géologiques composant un sinistre feuilleté de sédiments et d’ossuaires de toutes les nationalités.
 
Et  cette intuition, proposée en arrière-plan : qu’un pays s’effondre dans la barbarie guerrière ou qu’il s’en relève, s’en exhume, même absurdité, même violence, mêmes dégâts, mêmes capacités de destruction. Les deux mouvements sont également douloureux, comme en reflet inversé l’un de l’autre.
Et l’on quitte le théâtre en se demandant si ce n’est pas le squelette de l’espérance elle-même, en ces marches d’Europe si profondément enfoui et disloqué par l’Histoire, que Visniec s’attache à ré-assembler à travers cette uvre – peut-être croit-il que le théâtre peut contribuer à le remettre debout.
Encore une fois un grand merci pour ce spectacle fort.
 
André Sarq

 

A PROPOS DE VIENNE

Le 16 janvier 2010

Il est minuit et le morceau de soirée qui a suivi la représentation s’est écoulé en préparatifs pour un départ à Brussel où je vais jouer demain ;
J’ai passé une soirée théâtrale comme j’aime, une soirée selon mon cœur, faite de tentatives, d’essais et de réussites, de beautés arrachés à l’obscurité du tissu de nos vies
J’aime le théâtre, c’est là mon moindre défaut, et cette fabrique de théâtre que vous tissez depuis des années a de quoi me réjouir, de quoi me réchauffer, de quoi espérer en ce noble art qui est le nôtre.
Je vous remercie et vous dit à bientôt, pour une belle discussion
 
Pierre Forest
 
~

Le 12 janvier 2010

« Merci pour la représentation de vendredi. Un vrai plaisir de voir un si beau texte, si intelligent si bien servi… Un de ces spectacles qui restitue le théâtre dans  sa vraie fonction, celle de poser des questions et de nous interroger sur nous même… Le pourquoi ai renoncé au droit après la licence pour devenir comédien en 1983.
 
PS : Vous étiez très crédible en Sigmund Freud ! Suis certain qu’il avait votre apparence et sincèrement. Au plaisir sincère ! « 

~

Le 10 janvier 2010

Cher Mr Freud,
 
Longtemps…que je n’avais pas eu de ces grands frissons au théâtre. Nous sommes repartis chargés de l’électricité noire qui circulait sur tout le plateau. Le texte est puissant, ta mise en scène est claire, audacieuse, rythmée,  et les comédiens méchamment habités.
 
UN GRAND MERCI…nous allons dès aujourd’hui faire tourner l’info et notre enthousiasme.

~

Le 4 février 2009

Je suis une élève de terminale L mordue de philosophie et hier avec mon lycée j’ai été voir la représentation de Vienne 1913 et j’ai vraiment adoré!
 
La mise en scène était sublime et originale disposée à la manière d’un orchestre puzzle, la musique envoûtante, fluide et profonde s’accordait bien avec les méandres sombres des pensées des personnages, le jeu des acteurs était formidable et leur position dans l’espace face aux spectateurs me faisait penser à la prise de vue d’une caméra de cinéma et le texte était vraiment d’une grande qualité! J’ai trouvé intéressant de mettre en scène le début du nazisme avec le travail de Freud, sa vision et son univers – et je dois dire que vous étiez l’image parfaite que je me faisait de ce personnage-.
 
De plus, l’histoire de fond qui est majoritairement celle d’Hitler est particulièrement fascinante, oui je me permet de dire ce mot parce qu’il est vraiment intéressant de voir quelle était sa pensée, la perception qu’il avait de son époque,etc. en bref sa psychologie.
 
Je reste encore epoustouflée par la maîtrise d’un texte aussi ardu par les comédiens et je tiens à féliciter le jeu de Miguel-Ange Sarmiento pour son rôle d’Hitler qu’il joue à merveille, on se croyait réellement en face du vrai personnage, j’ai même ressentit des frissons et une grande émotion dans certaines scènes de la pièce, et particulièrement vers la fin par son jeu inquiétant et nerveux d’Adolf. Je félicite également les autres comédiens pour leur talent et aussi les musiciens qui étaient formidables et dont la tâche minutieuse et difficile est de faire entrer le spectateur dans la pièce.
 
Je tenais réellement à vous remercier pour avoir passé un moment formidable et incroyable en votre compagnie!! Et encore bravo et merci!!!!!!
 
Audrey Jasa

~

Le 1er février 2009

Totalement jubilatoire. Félicitations. Mise en scène et textes se rencontrent pour donner une atmosphère unique et captivante. Tous les acteurs sont bons. Les musiciens également. Un grand moment que seul le théâtre sait donner. Merci
La représentation du Théâtre des trois ponts à Castelnaudary.
 
Un spectateur

~

Le 27 novembre 2008

« Bonsoir …
Les élèves de 1ères ES ont apprécié le spectacle Vienne 1913! Surtout,la mise en scène, le « mélange » des genres qu’ils ont trouvé « vivant »!!! (référence aux réactions que vous aviez eues)
Ils ont apprécié aussi le jeu des comédiens et plus encore la musique.
 
Ils se sont posés des questions et ont été surpris de découvrir un Adolf qu’ils ne connaissaient pas  sous ce jour là.
 
Certains aspects leur ont paru très compliqués (Freud-Jung) et mon rôle a été de les éclairer un peu et de leur expliquer qu’il était normal quie ces connaissances leur échappent! Au moins l’enseignant sert-il à qqch!!! Globalement une appréciation fort positive du spectacle ».
 
Un Professeur de 1ère ES

~

Le 15 août 2007

Bravo!!
 
Je suis sortie de Vienne 1913, je ne savais plus où j’étais, j’avais la tête lourde de ce voyage dans les méandres du cerveau humain qui nous amène à voir Hitler autrement que comme le grand méchant loup. C’est la première fois qu’on situe la naissance du nazisme, dans son contexte intellectuel de l’époque.
 
C’est passionant, de voir les influences diverses. Les petites brèches du cerveaux qui laissent encore passer quelques idées étrangères, ceux qui ferment, à double tour, leurs écoutilles et surtout ceux qui
essayent, par tout les moyens, de faire pénétrer leurs idées. Là commence déjà la violence, la vrai guerre, celle des pensées.
 
Tout cela dans cette scénographie d’orchestre, qui nous emmène tout de suite à Vienne et à la fois qui montre les personnages comme manipulés par l’histoire, le chef d’orchestre.
La musique, les chant nous permettent parfaitement de nous plonger dans le contexte.
 
C’était prodigieux.
 
Delphine Herrmann

~

Le 06 août 2007

J’ai pris connaissance de la démarche globale de votre travail sur le site internet.
 
Elle traduit brillamment cette beauté que j’ai pu percevoir dans votre spectacle « Vienne 1913 » : ce doux et parfait mélange de jeu théâtral, texte contemporain, sons, chants… d’une puissance rare.
Je souhaite une longue vie à ce spectacle ! Qu’il atteigne le plus de spectateurs possibles et que votre tournée parvienne jusqu’en Belgique.
 
Votre travail de collaboration internationale m’intéresse énormément. L’échange des différents savoirs et techniques de recherche théâtrale d’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre, est très riche et me semble essentielle.
 
Ana Rodriguez

~

Le 30 mai 2007

C’est avec un grand plaisir que j’ai assisté à la représentation de Vienne 1913 hier soir. Mise en scène, texte et interprétation, tout était à la hauteur du propos. Mon fils de quinze ans a été tout aussi passionné que moi et veut relire le texte.  Nous souhaitons une longue carrière pour ce magnifique – et bien utile – spectacle.
 
Valérie de Tilbourg

~

Le 27 mai 2007

J’ai vu VIENNE 1913 avec une amie et nous avons passé un très bon moment. Ce qui m’a le plus frappé (déformation professionnelle), c’est de voir une troupe nombreuse et soudée jouer et défendre (les deux représentations par jour !) un texte ambitieux, sans une once de racolage théâtral ni une seule facilité.
 
J’ai trouvé très juste la comédienne qui jouait Molly (sa gestuelle et sa présence). Je me demandais qui jouait Freud (avec une belle autorité) et quand j’ai appris que c’était Jean-Luc Paliès, j’étais surpris car je ne l’avais pas reconnu… Parfois, j’ai trouvé les passages de Molly un peu trop couverts par les voix des chanteuses (quand elles font à deux l’air du bal de la Chauve-Souris) mais cela n’a pas gêné mon amie, donc…
Bref, un grand merci pour les invitations – et chapeau à la troupe qui défend une pièce que 99 troupes sur 100 jugeraient inmontable pour des raisons financières.
 
Bien amicalement,
 
Stéphane
 
~

Le 25 mai 2007

Le spectacle Vienne 1913 m’a beaucoup plus. Je ne sais si l’auteur avait indiqué une mise en scène telle que celle qui était conçue, mais je l’ai trouvé remarquable. Cet orchestre qui avait quelque chose de l’inconscient viennois et à « La belle époque », les textes tenant lieu de partitions (risque supplémentaire pour les acteurs et non commodité), les scènes sur le banc ou à côté du banc, les chanteurs et l’accompagnement musical, tout était là pour vaincre les plus vives exigences.
 
En tout cas la direction des acteurs n’est que louanges, et le personnage étrange d’Adolf Hitler restera dans ma mémoire.
Le texte a ces côtés fascinants, il est une bonne base pour le spectacle, mais mon enchantement vient plus de ce que vous en avait fait…
 
L. Welcomme

~

Le 23 mai 2007

J’étais ravie de découvrir le texte étonnant de Vienne 1913, d’autant plus fort quand on sait la suite de l’histoire. J’ai beaucoup aimé la manière de le traiter avec ces personnages qui émergent de derrière ces pupitres…
Et je voulais ajouter une mention spéciale aux chanteuses lyriques qui m’ont comblée par leur travail. C’est la première fois que je trouve que deux voix se suffisent à elles-même, sans piano ou autre instrument (si, l’orgue de verres !).
Bravo encore et très bonne continuation artistique.
 
Maiko Vuillod

~

Le 23 mai 2007

Je tenais à vous remercier pour « Vienne 1913 », la véracité des acteurs m’a touché, je vous avouerai que j’avais énormément de mal à applaudir bien que cela soit du théâtre!!!
 
J’ai tout simplement vu l’horreur défilé devant mes yeux, c’est tragique!
La personne qui « faisait chanter les verres » donnait plus de monstruosité en direct, sensation désagréable.
 
Merci.
 
Nathalie Savalli

~

Le 22 mai 2007

Ravi d’avoir pu assister à l’une des représentations de « Vienne 1913 », une première secousse d’un séisme d’hier qui inévitablement trouve écho dans notre actualité et appelle toute notre attention, réactive notre réflexion et alerte notre vigilance.
 
J’ai également eu le plaisir de retrouver l’écriture de Alain Didier-Weill.
Alors merci à toute l’équipe et bon vent pour les représentations à venir !
 
Wahid Lamamra

~

Le 09 mai 2007

Je suis venue voir « votre Vienne ». Je devrais dire voir et entendre car il y a beaucoup à entendre dans ce spectacle (ce qui est pour moi essentiel au théâtre …).
J’aurais aimé parler avec vous de ce travail très élaboré et original où beaucoup de choses m’ont intéressée et notamment cet équilibre entre coté jardin joué et coté cour dit.
J’ai été très prise par les dialogues Freud-Jung etc…
 
Mady Mantelin

 

A PROPOS DES VERSIONS PUPITRES, DES LUNDIS INEDITS ET DES MARDIS MIDI

Le 8 février 2011

Après un certain décalage (plutôt un gros retard !) par rapport à notre rencontre, après votre lecture formidable et très pertinente du texte assez « complexe et original » de notre ami Elie P., je vous adresse un petit salut amical pour vous   (re)dire combien j’ai apprècié votre « approche  scènique », votre lecture et mise en espace de cette « fuite dans les idées »…
 
En tant que comédienne (et auteure en « herbe » ) je me suis « régalée » dans votre » vision » et mise en forme de ce matériau d’écriture et j’ai comme je vous l’ai dit à cette occasion beaucoup apprécié le travail et la présence scènique de l’acteur et des actrices et de de leurs partenaires « les cravates au bout du fil à pêche » pour ne pas dire au bout de la corde… très riche et heureuses propositions de jeu, malgré une simple, belle, et très efficace lecture.
J’espère avoir quelques opportunités un jour prochain de voir d’autres propositions de travail (j’en avais déjà vu auparavant de vous aux Mardis Midi !) et aussi de vous faire signe en ce qui me concerne si je joue (je vous adressererais mon cv prochainement -mise à jour en cours-).
Encore un grand merci pour ces moments de spectacle « précieux ».
 
Bien cordialement.

Gabrielle Calderoni.

~

Le 6 avril 2007

Un grand merci à toute l’équipe d’Influenscènes pour la qualité du travail accompli pour réaliser l’évènement : deux très belles lectures. Au moment où je vous écris, j’ai plein de compliments y compris pour l’équipe des comédiens.
 
Pierre Frenkiel

~

Le 4 avril 2007

Félicitations pour la lecture hier qui était très appréciée par tout le monde. Pierre avait l’air si heureux. Il était à coté et je j’ai beaucoup entendu rire !
C’est formidable de pouvoir se mettre au service d’un texte et d’un auteur en inventant sans jamais trahir ! Je suis sûre que Pierre avait énormément de plaisir à redécouvrir ses personnages grâces au excellent travail des comédiens et de leur chef d’orchestre !
 
Sheila Coren-Tissot

~

Le 3 avril 2007

Je vous remercie et vous félicite pour tous les moments passés les Mardis Midi.
 
Victoria Rada

~

Le 29 mars 2007

A mon sens les versions pupitres que vous proposez ont la délicatesse de permettre à l’auditeur de projeter son imaginaire personnel. Ces « spectacles minimalistes », car je pense que vous dépassez le cadre stricte de la lecture, suggèrent, évoquent, esquissent, et c’est pour cela que je les trouve riches, à même de toucher intimement l’auditeur-spectateur.
 
Delphine Branger
 
~

Le 01 mars 2007

Votre site est un miracle de Théâtre ouvert sur des sujets vastes et sur le monde…
Il dément totalement l’idée convenue qu’il n’y a pas d’auteurs en France à part ceux qui se regardent le nombril entre eux…
Vraiment bravo pour ces mardis et lundis… à quand la semaine complète!!
 
Didiez Jimenez

~

Le 18 septembre 2006

Bravo Influenscènes !
Encore et toujours aussi dynamique, d’avant-garde et originale. Je vois que beaucoup de choses ont évolué depuis 1 an 1/2 !
 
Des créations, des nouvelles personnes, un site de plus en plus attractif, des idées innovantes… Je tiens à remercier chaleureusement Florence pour son aide précieuse pour mon mémoire sur l’articulation entre création et diffusion théâtrale… Et je tiens aussi à dire que je garde un souvenir extraordinaire du temps passé avec vous tous… Sachez que depuis, je n’ai plus eu l’occasion de travailler avec des personnes aussi professionnelles et engagées que l’équipe d’Influenscènes… et pourtant je n’ai cessé de collaborer avec des artistes sur divers projets… alors continuez ainsi, vous avez en tout cas toute mon admiration, mon soutien et ma reconnaissance…
 
Fanny

~

Le 26 juin 2005

L’opportunité d’avoir un contact direct avec des personnes comme M. Paliès est unique et pleine de leçons de vie…
Je vous remercie pour m’avoir enseigné que le théâtre est un art créé par des gens pour les gens !
 
Carmen

 

A PROPOS DE FUERA FORA DEHORS

Le 24 mai 2007

Je tenais tout simplement à dire bravo aux comédiens, à la mise en scène et à toute la réalisation de Fuera, Fura, Dehors ! Quelle belle manière de conter ces tranches de douleur avec autant de beauté.
 
Spectacle peut-être un peu ardu pour le public que nous recevons et qui a parfois du mal à « sortir ». Vous nous aviez proposé de rencontrer les comédiens, mais le groupe est parti un peu vite ! Toutes nos excuses, et encore nos félicitations pour ce beau travail.
Et ne laissons pas la culture « sabordée » par les politiques. Bonne continuation.
 
Très cordialement à tous.
 
Yasmina Nabti