Don Juan d’Origine

Ou la représentation Improbable Du Don Juan de Tirso de Molina par les Demoiselles du Collège de Saint-Cyr en l’an 1696

De Louise Doutreligne                                                                d’après Tirso de Molina et la correspondance Madame de Maintenon                                                                                Traduction espagnole Léonor Galindo Frot

Mise en scène Jean-Luc Paliès

Scène Nationale de Sénart / La Coupole, C.D.N. La Métaphore Lille, Festivals de Motril, D’Almagro, Festival d’Automne de Madrid, Festival de Bellac, C.D.N. La Limousine Limoges, Café de la Danse Paris, Cartoucherie Epée de Bois, Théâtre du Balcon Festival d’Avignon, Théâtre Luxembourg Meaux, Le Moulin du Roc Niort, Palais des Festival Cannes, Tournées…

Avec

Claudine Fiévet – Léonor Galindo-Frot ou Nadine Berland – Axel Petersen ou Ina Clemente – Mariana Araoz ou Anouche Setbon – Marie-Christine Letort ou Eva Vallejo ou Rose Ruiz – Nathalie Adam ou Nathalie Ortega – Laura Diez del Corral ou Rosario Audras – Marie Llano ou Zazie Delem – Charlotte Pascale Pose ou Ana Benito

Direction du jeu pour la version française 
Claudine Fievet 

Version espagnole et assistante pour l'espagnol 
Léonor Galindo Frot 

Assistant de direction 
Thierry Chenavaud

Costumes/Décoration 
Alain Gaucher 

Lumières 
François Austerlitz

Son/Régie 
Alain Clement

Direction technique 
Olivier Fosse 

Conseillers pour l'espagnol 
José Agost, pour la musique Christian Gaumy 

Arrangements musicaux des chansons 
Michel Verschaeve 

Fabrication des costumes 
Liliane Delers

Habilleuse 
Sarah Nicolas 

Régie plateau 
Renaud de Manoel, Jean-Philippe Lhomme
Le pitch

En 1696 alors que la sévère marquise de Maintenon tient les rênes de l’institution de Saint-Cyr, quelques jeunes filles et leur surveillante sont en train de jouer le premier Don Juan d’un moine espagnol… A moins que ce ne soit la vieille marquise qui rêve… Un vrai renversement peut-être choquant pour débusquer le moteur du désir inavoué

Le teaser
Revue de presse

Rythme soutenu, plages de silence, belle qualité des lumières, appoint musical très pertinent, tout fait de ce spectacle un objet à part, dépaysant, plaisant, instructif, intelligent… C’est souvent l’une des caractéristiques du travail que Louise Doutreligne et Jean-Luc Paliès mènent depuis des années loin du tapage et des modes.                                                                                      Armelle Héliot – Le Quotidien

Vidéo intégrale de la pièce ⬇️ 
http://www.influenscenes.com/videos/